herbages

Etat des lieux des masses d'eau

Etat des masses d’eau superficielles

Afin d’établir l’état des cours d’eau en fonction des exigences de la DCE, il est nécessaire de définir les modalités d’évaluation de la qualité des eaux superficielles. Trois modalités sont ainsi prises en compte pour les cours d’eau :

  • l’état écologique (5 classes : très bon, bon, moyen, mauvais, ou médiocre)
    Les paramètres d’évaluation sont physiques (la morphologie du cours d’eau, l’état de la ripisylve,…) et des paramètres biologiques (la nature des espèces présentes que ce soit poissons, insectes, ou autres et les conditions d’accueil de ces espèces).
  • l’état chimique (2 classes : bon ou mauvais)
    L’évaluation se fait sur la concentration maximale et la moyenne annuelle de 41 substances regroupées en 4 familles différentes (pesticides, métaux lourds, polluants industriels et autres polluants).
  • l’attribution d’un niveau de confiance à l’état écologique et à l’état chimique évalués d’une masse d’eau.

 

En 2007, l’état des cours d’eau du territoire a été défini et un objectif dans le cadre de la DCE a été attribué à chacun :

Etat des cours d'eau du territoire
Masse d'eau Etat actuel Objectif DCE
Numéro Nom
VO 9 OISE AMONT    
R 177 B
(Quasi totalité)
Le Morteau (Ancienne Sambre) de sa source au confluent du Noirrieu (exclu) Etat médiocre
Qualité physico-chimique (point RNB 129440 à Boué) : qualité médiocre  à passable
Qualité biologique (IBGN) : médiocre à hors classe
Etat écologique : report de délais
Etat chimique : report de délais
R 177 A
(partiellement)
Le Noirrieu de sa source au confluent de l’Oise (exclu)
Masse d’eau classée comme fortement modifiée du fait de sa partie avale hors territoire
Etat moyen
Qualité physico-chimique : qualité bonne à passable (impact agglomérations)
Qualité biologique : médiocre à l’aval des agglomérations
 Etat écologique : report de délais
Etat chimique : bon état 2015
R 176
(partiellement)
L’Oise du confluent du Thon (exclu) au confluent du Noirrieu (exclu) Bon état écologique
Qualité physico-chimique  (point RNB 129020 à Erloy) : qualité très majoritairement bonne
Qualité biologique : moyenne
Etat écologique : bon état 2015
Etat chimique : bon état 2015
R 174
(très partiellement)
L’Oise du confluent du Gland (exclu) au confluent du Thon (exclu) Pas bon état écologique
Qualité physico-chimique : qualité majoritairement bonne
Qualité biologique : passable à médiocre
Etat écologique : report de délais
Etat chimique : bon état 2015
R 175
(très partiellement)
Le Thon de sa source au confluent de l’Oise (exclu) Bon état écologique
Qualité physico-chimique  (pas de point RNB) : qualité majoritairement bonne (campagnes ponctuelles)
Qualité biologique : bonne
Etat écologique : bon état 2015
Etat chimique : bon état 2015
VO 13 SERRE    
R 180
(partiellement)
La Serre du confluent du Vilpion (inclu) au confluent de la Souche (exclu) Pas bon état écologique
Qualité physico-chimique  (point RNB 144 sur le Vilpion à Lugny) : qualité majoritairement bonne mais fortes dégradations ponctuelles lies à l’érosion des sols
Qualité biologique : médiocre à hors classe 
Etat écologique : report de délais
Etat chimique : bon état 2015
R 181
(partiellement)
La Brune de sa source au confluent du Vilpion (exclu) Bon état écologique
Qualité physico-chimique  (pas de point RNB) : qualité majoritairement bonne (campagnes ponctuelles)
Qualité biologique : passable à médiocre
Etat écologique : bon état 2015
Etat chimique : bon état 2015

Le tableau montre que l’état des masses d’eau du territoire de la Thiérache du Centre est très variable. Certaines d’entre elles sont déjà en bon état alors que d’autres sont dans un état médiocre justifiant même un report du délai d’atteinte du bon état. Il est impératif de redoubler les efforts sur les cours d’eau en mauvais état, mais il faut bien comprendre que le bon état d’une masse d’eau n’est pas quelque chose d’acquis et qu’il faut donc travailler à maintenir ce bon état.

 

Etat des masses d’eau souterraines

De la même façon, les eaux souterraines du territoire de la Thiérache du Centre sont évaluées selon différentes modalités :

  • l’état quantitatif
    Deux critères majeurs sont retenus : la baisse régulière depuis plusieurs années des piézomètres du réseau de surveillance de la quantité des masses d’eau souterraines et l’alimentation insuffisante des cours d’eau à l’étiage (période la plus sèche).
  • l’état qualitatif (2 classes : bon ou médiocre)
    l’évaluation se fait sur le calcul d’une concentration moyenne inter annuelle des six dernières années. Les seuils de qualité pour les nitrates et les pesticides ont été fixées par la directive du 12 décembre 2006 à l’échelle européenne : 50 mg/l pour les nitrates et 0,1 µg/l par substance ainsi que 0,5 µg/l au total pour les pesticides.

 

En 2007, l’état des masses d’eau souterraines du territoire a été défini et le risque d’écart vis-à-vis des objectifs DCE est mentionné :

Etat des masses d'eau souterraines du territoire
Masses d'eau Etat qualitatif Etat quantitatif
Numéro Nom Actuel
(paramètre(s) déclassant(s))
Risque d'écart vis-à-vis des objectifs Actuel Risque d'écart vis-à-vis des objectifs 
1017 Bordure du Hainaut Pas bon état (Nitrates) Oui (Nitrates) Aquifère quasiment pas sollicité Non
3214 Albien néocomien libre Pas bon état (Nitrates, pesticides) Oui (Nitrates, pesticides) Aquifère quasiment pas sollicité Non
3309  Calcaires du Dogger (partie libre vers l'est et la partie captive sous le territoire) Pas bon état (Pesticides) Oui (Pesticides) Prélèvements nettement inférieurs à la ressource en place mais pression locale sur le territoire voisin (CC des 3 rivières) Non
3206  Craie de Thiérache, Lannois, Porcien Pas bon état (Pesticides) Oui (Pesticides) Sollicitation très faible vis-à-vis de la ressource Non

 

Comme l’indique le tableau, les masses d’eau souterraines de la Thiérache du Centre sont donc largement suffisantes en quantité pour alimenter les communes du territoire en eau potable. En revanche, on remarque que la qualité de ces masses d’eau est de plus en plus préoccupante que ce soit pour le paramètre « nitrates » ou le paramètre « pesticides ». De nombreux efforts sont donc à faire sur les bassins d’alimentation de captages.