herbages

Pourquoi améliorer l'état des masses d'eau ?

Afin de préserver le cycle de l’eau, il faut prévenir la dégradation des milieux aquatiques, aussi appelés « masses d’eau ». Les masses d’eau correspondent aux fleuves, rivières, ruisseaux, mais aussi les mares, les marais, les prairies humides ou encore les nappes phréatiques.

Les masses d’eau (ou milieux aquatiques) du territoire de la Thiérache du Centre sont de deux types :

  • les masses d’eau superficielles : ce sont les cours d’eau des différents bassins versants (Oise amont, Vilpion, Brune, Sambre et l’ensemble de leurs affluents), représentés sur la carte suivante :

(Cliquez sur la carte pour la visualiser)

réseau_hydrographique_cctc

 

  • les masses d’eau souterraines : ce sont les nappes sollicitées pour l’alimentation en eau potable de la majorité des syndicats intercommunaux ou les communes qui alimentent les habitants en eau. 

 

Gérer et préserver les milieux aquatiques, en plus d’être des actes écologiques et citoyens, sont donc cruciaux pour l’économie d’une collectivité. En effet, le schéma ci-dessous montre comment la dégradation des milieux aquatiques augmente forcément les coûts financiers pour les collectivités et donc les impôts des contribuables.

 

Les politiques publiques ont depuis longtemps compris l’importance de la gestion de l’eau. Ainsi depuis quelques décennies, des lois protègent notre environnement et notamment l’eau, ressource indispensable à la vie. Parmi les lois les plus emblématiques sur l’eau, la Loi sur l’Eau de 1992 décrit cette ressource comme un « patrimoine commun de la nation », ce qui témoigne de son importance et nous rappelle la protection que nous devons lui apporter.

En 2000, soutenu par l’Union Européenne, l’Etat français s’est donné pour objectif de mettre d’ici 2015, au moins les deux tiers des masses d’eau de son territoire en bon état écologique et chimique (objectif de la Directive Cadre sur l’Eau ou DCE). Cet objectif concerne aussi bien les masses d’eau superficielles que les masses d’eau souterraines.

Un état des lieux a été réalisé en 2007 sur les masses d’eau du territoire de la Thiérache du Centre.